La Culture : une priorité pour notre société, une priorité pour la CGT

Le festival d’Avignon, est né dans la dynamique des grandes conquêtes sociales et économiques de la Libération : protection sociale, services publics, maîtrise nationale de secteurs économiques déterminants, institution des comités d’entreprise, émergence de politique culturelle publique et décentralisation théâtrale, nouvel essor de l’éducation populaire.

Citoyenneté, solidarité, émancipation définissaient alors un horizon commun.
C’est pour toutes ces raisons, que dès l’origine, la CGT a entretenu avec le festival de fortes complicités.
Beaucoup de comités d’entreprise, avec leurs syndicats, s’engagent dans cette aventure en conjuguant leurs énergies à l’action des mouvements de luttes, et d’éducation populaire.

Aujourd’hui, il nous faut pérenniser cette démarche, relever les défis d’un monde qui a bien changé, où l’aggravation des inégalités sociales a conduit à péjorer l’épanouissement culturel de nombreux salariés.

Dans le cadre de la mondialisation économique le libéralisme a parfaitement compris qu’il peut tirer un immense profit du développement des industries culturelles. Il agit donc sur des leviers puissants qui concourent à l’uniformisation et à la standardisation de la culture.

Pour ébranler cette machine en apparence bien huilée, nous devons agir pour une véritable démocratie culturelle.

Nous revendiquons l’accès à la culture pour tous les salariés, les privés d’emploi, les retraités et leurs familles, en particulier aux œuvres du patrimoine et à la création artistique.

C’est bien dans cet esprit, qui rejoint celui de Jean Vilar, qu’il y a plus de 10 ans, nous avons décidé d’ouvrir ce lieu, le Théâtre de la Bourse du Travail CGT d’Avignon, pour rapprocher le monde du travail de celui de la culture, et du spectacle vivant en particulier.

L’équipe de l’U.D-CGT qui l’anime a eu également le souci d’être non pas en concurrence, mais en phase avec nos camarades du Théâtre de la Rotonde (C.E des cheminots d’Avignon), et de Contre-Courant (CCAS des IEG), pour donner ainsi l’opportunité à de nombreux travailleurs de venir découvrir le Théâtre, alors même que plus de 93% des entreprises de ce département sont des établissements de moins de 20 salariés dépourvus de Comité d’Entreprise.

Rapprocher le monde du travail du monde de la culture et du spectacle vivant en particulier, qui en plus du théâtre de la Rotonde (CE des Cheminots d’Avignon), et contre-courant CCAS IEG, nous permet de bénéficier d’un lieu sur la Bourse du travail en prise directe avec la réalité du salariat.

Nous donnons ainsi l’opportunité à de nombreux travailleurs de venir découvrir le théâtre.

Pendant près d’un mois, ce lieu devient un lieu commun pour tous ceux qui ne peuvent avoir accès aux spectacles, ou pour ceux qui quelque fois sont enfermés dans une certaine auto censure.
Il est également une quasi-exception, dans un Festival Off trop soumis à la marchandisation : c’est un théâtre solidaire.

Le lieu est prêté aux troupes qui s’autogèrent, et qui travaillent en partenariat très étroit avec l’UD CGT et la direction du théâtre pour en faire une place où des valeurs de solidarités et d’engagement sont partagées par tous.

Et nos efforts ne s’arrêtent pas avec la fin du mois de juillet, puisque nous avons également ouvert notre salle, au cours de l’année, à divers spectacles : théâtre, musique, film-débat…

Après une année 2016 marquée par les actions contre la Loi travail, le paysage social de l’été était marqué par de fortes incertitudes face aux gros dangers portés par le programme anti-social du nouveau Président de la République, Emmanuel MACRON.

Cette année encore, alors que nous fêtons les 50 ans de « mai 68 » et des évènements qui marquèrent le festival d’Avignon, pour la onzième année consécutive, l’U.D 84, avec son Théâtre de la Bourse du travail CGT seront présents dans le festival OFF d’Avignon pour sa 53ème édition.

Les 10 années qui viennent de s’écouler ont vu l’Etat se désengager de ses missions fondamentales et contraindre les collectivités à en faire de même. Le service public dans son ensemble a été affaibli et la culture a énormément souffert, victime de l’austérité, des coupes budgétaires et des restructurations.

La précarisation accrue des professions et des statuts a fait des dégâts considérables. Les spectateurs comme les créateurs, le monde du travail comme celui du spectacle, de l’audiovisuel ou de la culture ont été méprisés, maltraités.

Nos camarades de la CGT Spectacle ont dû se battre, avec un certain succès, pour préserver les droits à l’assurance chômage de tous les travailleurs précaires, intérimaires, intermittents du spectacle.

La lutte continue, et nous réaffirmons que la culture n’est pas une marchandise.

Aujourd’hui la CGT souhaite des actes politiques forts et réaffirme qu’une politique culturelle publique ne peut exister sans :

  • Sans un ministère conforté et refondé où le travail, son sens et sa portée soient reconnus,
  • Sans une loi d’orientation et de programmation culturelle garante de l’exception culturelle, des droits sociaux, d’emplois et de moyens pour l’ensemble des créateurs et travailleurs du monde du spectacle et de la culture,
  • Sans une loi pour l’éducation artistique,
  • Sans que l’accès du plus grand nombre aux oeuvres de l’esprit ne devienne une priorité,
  • Sans sécuriser les collectivités territoriales sur leurs financements leur permettant le développement de leur capacité d’initiative,

La direction de l’UD et du Théâtre de la Bourse du Travail invite tous les camarades à participer à cette belle aventure qu’est le Festival Off d’Avignon, en venant du 6 au 29 juillet découvrir les spectacles proposés au cœur de notre lieu, votre lieu CGT.

Fred LAURENT – Directeur du Théâtre

Télécharger le programme de la Bourse du Travail

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *